L’énergie vitale en naturopathie et la cruche d’eau.

Le vitalisme

La philosophie de la naturopathie repose sur le principe de Vitalisme. Le vitalisme est défini comme une doctrine selon laquelle le vivant n’est pas réductible aux lois physico-chimiques de la matière ; il envisage la vie comme de la matière animée d’un principe ou force vitale  qui s’ajouterait au vivant et aux lois de la matière.

Dans sa charte (Article 10), la FÉNA (Fédération des écoles de Naturopathie) définit l’hygiène vitale comme suit :

La naturopathie y inclut la conviction que toute vie dépend d’une énergie vitale universelle. 

Cette notion se retrouve dans la pensée de la plupart des peuples de l’Antiquité et des traditions de l’Orient et de l’Asie : “ Rouach ” chez les Hébreux, “ Pneuma ” chez les Grecs, “ Prana ” en Inde, “ Qi ” et “ Chi ” en Chine ou au Japon, ou “ Chulel ” chez les Mayas.

 

Par rapport au vitalisme, quel est le rôle du naturopathe ?

Pour les naturopathes, l’énergie vitale est l’énergie de force de vie qui, du premier au dernier souffle, nous donne la vie et nous maintient en vie. C’est donc un concept immatériel qu’on ne peut exprimer qu’au travers de ses manifestations sur un support matériel, le corps.

Le travail du naturopathe consiste donc à déterminer l’énergie vitale qui vous à été transmise à l’origine et le niveau actuel, c’est-à-dire, comment vous la dépensez ou ressourcez.

  • Dans un premier temps le naturopathe va vous observer car l’énergie vitale se manifeste et peut être estimée grâce aux formes et à l’apparence de votre corps.

Je vous parlerai des manifestations de l’énergie vitale peut-être dans un autre article…

  • Par la suite, le naturopathe évalue comment vos habitudes et mode de vie impactent votre énergie vitale actuelle. En effet, la quantité et la qualité de l’énergie vitale reçue ou dépensée va dépendre de l’environnement dans lequel nous évoluons (du soleil, de l’air, de l’eau, de la nature, des animaux, de notre nourriture, des personnes qui nous entourent, de nos activités, de nos relations, de nos croyances, …).

Avec son regard extérieur, lors des entretiens, le naturopathe s’efforce de déterminer le niveau d’énergie vitale actuel, et les éléments qui vous « vident » et les éléments qui vous « remplissent ». Seulement à partir de ces observations, le naturopathe pourra vous donner des conseils spécifiques pour que votre capital en énergie vitale se vide le moins rapidement possible.

 

Mais quel rapport avec la cruche d’eau ?

C’est pour illustrer et c’est ma manière à moi de comprendre ce concept.

Donc la taille et la forme de la cruche dépendent de ce qui vous a été donné à l’origine (légué par vos parents, la génétique). Elle peut être grande, petite, épaisse, fine, ébréchée …

La cruche peut être plus ou moins remplie. Ce niveau dépend de comment la grossesse et l’enfance ont été vécues. Dans tous les cas, quel que soit le niveau initial, ce sera notre niveau maximal, par la suite il ne peut que diminuer car l’eau s’évapore de la cruche.

Et ensuite viennent nos habitudes et notre mode de vie. Il y a les événements qui régénèrent cette énergie vitale : la « bonne » nourriture, l’exercice physique, la respiration, la nature, les amis, les hobbies, les joies, l’amour … Et il y a aussi les événements qui la consomment : la « mauvaise » nourriture, le sédentarisme, le manque de contact avec la nature, le stress, la colère, la peur, le mauvais sommeil, les rapports toxiques, l’isolement, les rancœurs …

Mais il faut vivre, car notre vie est composée de tout cela ! Il faut donc jouer avec les périodes où oui c’est le travail, les gens toxiques, le stress ou certains événements qui l’emportent et qui consomment (nous vident) cette énergie, avec des périodes de repos, de retour à soi, de partage ou de joie qui nous ressourcent (nous remplissent).

Une fois vidée ou cassée, c’est la fin. La cruche ne contient plus d’eau ni de vie.

Au final, quelle que soit la taille, ou la forme, ou la qualité de la cruche, peu importe, c’est une donnée initiale que l’on a et qu’on ne peut pas modifier. Par contre, c’est votre comportement et vos habitudes qui importent puisque ce sont elles qui déterminent la vitesse à laquelle la cruche se vide !

Adapter son mode de vie au plus tôt sera le mieux, mais quel que soit le moment où vous décidez de changer vos habitudes de vie, vous aurez un retour positif.

Logo Alambic Nature

www.alambicnature.com

Add a comment

*Please complete all fields correctly